Gaspillage_Biya

Quand les milliards du Cameroun finissent dans les locations et stationnements d'avion en Suisse. Imaginez les frais pour l'Intercontinental Hôtel pour une délégation de 50 personnes durant 26 nuits.

Paul Biya louerait à l’année un étage entier de cet hôtel de luxe genevois pour lui et une cinquantaine de proches aux frais du contribuable Camerounais. Un train de vie opulent qui contraste fortement avec la misère de son pays, qu’il dirige d’une main de fer depuis plus de 30 ans, et qui s’enfonce dans un désastre socio-économique.

Les populations tirent le diable par la queue et le panier de la ménagère se vide jour après jour. « Depuis plusieurs mois, la grande majorité des Camerounais luttent pour avoir une baguette de pain au petit déjeuner. Le prix des produits de première nécessité augmente à un rythme exponentiel, enfonçant le contribuable dans une misère ambiante. La gabegie des dirigeants est dégoutante », nous confie un français marié à une Camerounaise. Il y a plus de cinq ans le Fonds Monétaire International (FMI) dressait un rapport « d’une rare sévérité » sur la gestion économique du Cameroun. « La liste des critiques adressées aux dirigeants Camerounais est très longue. Les experts du FMI relèvent pêle-mêle le manque d’infrastructures, la piètre gouvernance et le mauvais climat des affaires », dont le résultat est aujourd’hui « la stagnation économique du pays et sa vulnérabilité à la récente crise financière

Pendant ce temps, Paul Biya se prélasse dans l’un des hôtels les plus chers du monde… l’Hôtel Intercontinental de Genève où, selon nos sources, il loue tout le 6ème étage à l’année et ce, pour une somme pharaonique. Une enclave cossue de Genève des bords huppés du Lac Léman. Un havre de bonheur des grands de ce monde : princes arabes à la pelle, hommes d’états, hommes d’affaires triés sur le volet. Bill Clinton y a d’ailleurs séjourné. Herbert Schott, après avoir passé 35 ans à la tête de l’Hôtel Intercontinental de Genève, jusqu’en 2002, raconte des dizaines d’anecdotes à propos de ses clients les plus célèbres, dans son livre intitulé « L’HÔTELIER », paru en 2007. L’on peut lire que parmi les 157 chefs d’Etats ayant séjourné lors de sa direction à l’Hôtel Intercontinental, Paul Biya est celui qui l’a le plus marqué

Nous avons d'ailleurs envoyé aux autorités Suisses une lettre dans laquelle nous leur suggérons de demander aux autorités camerounaises de retourner au Cameroun, « L’hôtel Intercontinental de Genève se fait complice dans l’accentuation de la misère et la clochardisation du peuple Camerounais. Nous invitons les Camerounais, les amis de Camerounais, les Suisses, et le monde entier à ajouter leur voix à la campagne pour demander à cet hôtel de ne plus accepter Biya et ses amis comme clients. Nous devons clairement faire savoir aux dirigeants de l’Hôtel Intercontinental que le peuple Camerounais ne va pas se taire, tant qu’ils choisiront de participer au pillage de notre pays », avons nous conclu notre courrier.

La cellule de la Communication