code_essoh_nitcheu_hotel_intercontinental_geneve_biya_02_2012__005_ns_600Lorsque Brice Nitcheu, Moise Essoh et la Cellule d’action du CODE lance l’assaut à Genève, le 25 février dernier sur l’hôtel Intercontinental où résidait le président Paul Biya, son épouse et sa suite, ils n’imaginent pas qu’ils vont faire face à une garde rapproché prête à en découdre.Cet assaut semble être la plus périlleuse pour les activistes du CODE habitués aux actions spectaculaires, parce les gardes du corps qui pullulent dans cet hôtel de prestige, leur ont opposé pour la première fois une résistance farouche. Il a fallu une intervention opportune de la police genevoise séparer les deux protagonistes qui se vouent une haine mutuelle.Pendant l’assaut, une bagarre a éclaté entre les deux camps, parce que la sécurité de l’hôtel, à la demande de la garde rapprochée, voulait confisquer les cameras dont se servaient les activistes pour filmer leurs actions. « Confisquez tous les appareils » pouvait-on entendre fulminer un garde du corps, très en colère. Brice Nitcheu et son groupe ont souvent utilisé les vidéos de leurs actions pour écorcher l’image du président Paul Biya.

Nous publions ici la première de ces vidéos que Paul Biya ne veut pas voir

Cliquer sur ce lien >>> >><